Actu

Saison Ubu : 5 choses à savoir sur Halo Maud

25.02.2019

Vendredi 1er mars prochain aura lieu la soirée Fair : le tour à l’Ubu. L’artiste parisienne Halo Maud sera tête d’affiche de cette soirée placée sous le signe du Fair, dispositif de soutien au démarrage de carrière et de professionnalisation en musiques actuelles. Portrait de cette artiste émergente en cinq éléments clef.

 

Ses talents musicaux sont souvent sollicités

Amie de longue date de Mélody Prochet, Maud Nadal a par­ti­ci­pé aux pre­miers pro­jets de cette der­nière en tant que cla­vié­riste, pour My Bee’s Garden d’abord, puis Melody’s Echo Chamber. Elle a joué dans de nom­breux groupes ensuite, tels que Moodoïd, Corridor, Marietta et Lescop. Parolière recon­nue, elle a même été sol­li­ci­tée par Christophe en 2016 pour son album Vestiges du chaos.

 

Elle aime le rock expérimental des années 70

Si PJ Harvey et Cat Power (dont elle avait emprun­té le nom de l’album Myra Lee pour nom­mer son pre­mier groupe) font par­tie de ses influences reven­di­quées, Halo Maud voue une admi­ra­tion par­ti­cu­lière pour le rock avant‐gardiste de l’après-Mai 68. Elle a ain­si dédié le mor­ceau “Fred” à Fred Frith, lea­der d’Henry Cow et chef de file du mou­ve­ment contes­ta­taire Rock In Opposition

 

La musique religieuse est son premier amour

Fille de pas­teur, Maud a bai­gné dans la musique reli­gieuse toute son enfance. Comme elle l’explique dans une inter­view à Brain Magazine, elle accom­pa­gnait les chants reli­gieux avec sa gui­tare tous les dimanche matins. Elle relate cette édu­ca­tion – et notam­ment son bap­tême par immer­sion – dans la chan­son “Baptism”, qui figure sur son pre­mier album. 

 

C’est une chanteuse franglaise

Chanter en fran­çais ou en anglais : Halo Maud n’a pas choi­si, et fait les deux, sou­vent dans le même mor­ceau. Jonglant entre les deux langues en per­ma­nence, la chan­teuse s’autorise des pas­sages impromp­tus en anglais dans une chan­son fran­çaise, et inver­se­ment.

 

Elle est une île

Un vieux dic­ton anglais, tiré d’un poème méta­phy­sique de l’auteur John Donne, dit : “No man is an island”. Selon cet adage, cha­cun fait par­tie d’un tout, et l’individu ne peut pros­pé­rer que dans la fra­ter­ni­té. Halo Maud a choi­si le contre­pied de cette phi­lo­so­phie avec son pre­mier album, inti­tu­lé “Je suis une île”. Après des années de col­la­bo­ra­tions en tous genres, Halo Maude vole désor­mais de ses propres ailes. 

 

Halo Maud joue le vendredi 1er mars à l’Ubu avec Terrenoire dans le cadre de la soirée Fair : le tour.

L’événement sur Les Trans
La billet­te­rie
L’événement sur Facebook