Echo

Disparition de Keith Flint, chanteur de Prodigy

04.03.2019

Le chanteur charismatique du groupe britannique Prodigy a été retrouvé sans vie à son domicile ce lundi 4 mars. Artisan du crossover entre techno et rock au début des années 90, il avait participé aux Trans Musicales en 1994.

Liam Howlett, le lea­der de Prodigy l’a confir­mé lui‐même ce lun­di sur la page Instagram du groupe alors que la rumeur se répan­dait :

La nou­velle est vraie… Je n’arrive pas à croire ce que je suis en train de dire, mais notre frère Keith s’est ôté la vie durant le wee­kend. Je suis sous le choc, en colère, je ne com­prends pas. J’ai le coeur bri­sé.…”

 

<script>
 

The news is true , I can’t believe I’m saying this but our bro­ther Keith took his own life over the wee­kend , I’m shell sho­cked , fuckin angry , confu­sed and heart bro­ken .…. r.i.p bro­ther Liam #the­pro­di­gy

Une publi­ca­tion par­ta­gée par The Prodigy offi­cial (@theprodigyofficial) le

<script>

Groupe issu de la culture des rave‐parties, pré­cur­seur du croi­se­ment entre le rock et la tech­no, The Prodigy avait pour par­ti­cu­la­ri­té à ses débuts d’être un des rares groupes estam­pillés élec­tro à pro­po­ser des véri­tables concerts plu­tôt que des per­for­mances. 

Figure de proue du groupe anglais, recon­nais­sable pour ses pier­cings, ses tatouages et sa coupe de che­veux démo­niaque à l’époque où l’album “The Fat Of The Land” (1997) était numé­ro un par­tout dans le monde, Keith Flint avait frap­pé les esprits avec son appa­rence et son atti­tude punk dans des clips tels que “Breathe” ou “Firestarter”.

Avant cela, le groupe avait été pro­gram­mé aux Trans Musicales en 1994. Dans un article publié par Vice en 2016, Jean‐Louis Brossard se remé­mo­rait le pas­sage de The Prodigy aux Trans :

A l’époque, il n’y avait ni por­table, ni ordi. C’était télex ou fax pour com­mu­ni­quer. Après avoir boo­ké le concert avec l’agent anglais, celui‐ci n’a plus don­né signe de vie. Il a fal­lu gérer avec le tour mana­ger pour les infos tech­niques. Là, on apprend que le groupe joue en Ecosse la veille des Trans. On a été obli­gés de louer un avion pri­vé pour les faire venir de Glasgow. Sinon, pas de concert. Il a aus­si fal­lu louer un sys­tème d’éclairage qu’on ne trouve qu’en Angleterre et qu’ils acceptent de le mettre dans leur avion. Et les voi­là qui débarquent : le groupe, un ingé son, le tour mana­ger, point barre, en disant « excuse nous, c’est un peu le bor­del, mais le show va être énorme ». Et le show a effec­ti­ve­ment été énorme. Ces choses‐là n’arrivent plus, on tra­vaille beau­coup plus en amont. J’ai une petite phrase, c’est « J’ai pas vu le MC5 en 68 à Ann Arbor mais j’ai vu Prodigy aux Trans Musicales ». C’était com­plè­te­ment incroyable, une défla­gra­tion.

Un témoi­gnage vidéo de ce concert existe, (qui per­met de se rendre compte de l’évolution capil­laire de Keith Flint, qui arbo­rait alors un look chris­tique et n’était que dan­seur) : 

 

The Prodigy sur lestrans.com