Echo

RIP Tony Joe White

24.10.2018

C’est avec tris­tesse que nous avons appris le décès de Tony Joe White, chan­teur à la voix suave et à l’aura rock’n’roll. A l’instar de Creedence Clearwater Revival, Tony Joe White chan­tait le Bayou, cette zone maré­ca­geuse située en Louisiane dont les détours sinueux nour­rissent l’imagination des peuples qui l’habitent depuis des siècles. Là où le groupe de John Fogerty venait en réa­li­té de Californie, White avait toute légi­ti­mi­té à chan­ter ces eaux troubles : il était un enfant d’Oak Grove, en Louisiane, et avait gran­di à mi‐chemin entre les alli­ga­tors qui peuplent la région et le fleuve Mississippi.

Depuis 1968, Tony Joe White s’était construit une car­rière exem­plaire, mar­quée de nom­breux suc­cès tels que “Polk Salad Annie” ou “Rainy Day In Georgia”, recon­nais­sables à la voix cha­leu­reuse de son auteur et son esthé­tique swamp‐rock jamais démen­tie. Tony Joe chan­tait le sud, la vie rurale, .Sa mort nous touche par­ti­cu­liè­re­ment, car les Trans Musicales avaient eu le bon­heur de l’accueillir en 1991, alors qu’il était dans une passe dif­fi­cile.

Le roi des maré­cages est mort mais nous n’oublierons jamais ses chan­sons, comme “Even Trolls Love Rock’n’roll” et sa fameuse gui­tare wah‐wah :

Quelques sou­ve­nirs du pas­sage de Tony Joe White aux Trans Musicales sont visibles sur notre site.

(cré­dit pho­to : Gilles Charlou)